Retour à la recherche

"Manifeste du comité départemental du front nati...

Nom de l'objet :

"Manifeste du comité départemental du front national de lutte pour l'indépendance de la France"

Tract clandestin

Sujet / thème :

Deuxième Guerre mondiale

Occupation

Front national de lutte pour la libération et l'indépendance de la France

Résistance

Marseillaise

BBC

Radio Londres

Ici Moscou

Radio France

Usage :

Communication

Auteur/Fabricant :

FRONT NATIONAL

En savoir plus

Nom : FRONT NATIONAL

Notice biographique : Dans une volonté de rassemblement contre la politique de collaboration, le Parti communiste français lance le 27 mai 1941 un manifeste « Pour la formation d’un Front National de l’indépendance de la France », ouvert aux Résistants de toutes les tendances politiques. Reconnu comme mouvement en début 1943, le Front National est représenté par Pierre Villon au Comité de Coordination de la zone Nord en mars, puis au CNR en mai 1943. Le Front National se tourne alors résolument vers la préparation armée de l’insurrection. Après la rupture du pacte germano-soviétique en juin 1941, le Parti communiste français crée, autour de l’Organisation Spéciale et des Jeunesse communistes, des groupes armés qui seront placés sous la responsabilité de Charles Tillon à l’automne 1941. Ces groupes armés sont peu à peu unifiés sous l’appellation « Francs-Tireurs et Partisans Français » ou FTP, dirigés par un Comité militaire national qui réunit Charles Tillon, Eugène Hénaff puis René Camphin, Albert Ouzoulias et Georges Beyer. Le recrutement se fait d’abord dans les milieux communistes, puis, avec le développement de la lutte contre le STO, de nombreux réfractaires de tous bords rejoignent les Francs-Tireurs. Ceux-ci passent donc de plus en plus sous l’égide du Front National. À partir de novembre 1943, le Front National a officiellement autorité sur les groupes de Francs-Tireurs de la zone Nord. Les Francs-Tireurs adoptent la stratégie des « gouttes de mercure », selon les termes de Charles Tillon : les groupes ne se rassemblent que pour les besoins d’une opération, puis se séparent aussitôt celle-ci terminée. Charles Tillon pousse les Francs-Tireurs à endosser totalement la mission de préparation à l’insurrection, en vue d’aider la progression des Alliés après le débarquement. Malgré les réticences de leur commandement militaire, ils s’intègrent donc de plus en plus dans les groupes de FFI à la Libération.

Lieu de conservation :

Musée de la Résistance, Bondues

Numéro d'inventaire :

2016.1.31

Domaine :

Vie sociale

Matière :

Papier

Technique :

Ronéotypé

Nombre d'objets :

1